La vitesse à laquelle les océans deviennent plus acides s’est accentuée dangereusement, selon une nouvelle étude.

L’augmentation exponentielle des concentrations de dioxyde de carbone dans l’atmosphère signifie que le taux d’acidification de l’océan est le plus rapide depuis l’âge des dinosaures,estiment les scientifiques.

Les océans sont susceptibles de devenir inhabitables trés rapidement avec la disparition des espéces,en particulier les organismes peu étudiés sur le sol des eaux profondes, maillons essentiels dans la chaîne alimentaire marine.

Le taux actuel de l’acidification des océans est jusqu’à 10 fois plus rapide qu’il y a 55M d’années,derniére période d’acidification extréme.

explication:

Le CO2, absorbé par l’eau, libère en effet de l’acide carbonique et modifie ainsi le PHP de l’eau de mer, naturellement légèrement alcalin.

Le dioxyde de carbone (co2)se dissout dans l’eau de mer à la surface de la mer pour former l’acide carbonique.

L’acidité accrue de l’eau affecte la quantité de minéraux de carbonate dissous qui sont disponibles pour les organismes marins qu’ils utilisent pour former leurs coquilles et leurs squelettes durs.

Il y a 55m d’années,elle a entraîné une extinction massive d’organismes des grands fonds marins, en particulier ceux vivant dans les sédiments du plancher océanique, qui peuvent être étudiés géologiquement par des changements aux formations rocheuses, a déclaré Dr Andy Ridgwell de l’Université de Bristol.

Un changement rapide et sévère géochimique dans leur environnement rendrait leur survie précaire…

L’acidité pourra encore tripler d’ici la fin du siècle.

L’océan est l’un des plus grands réservoirs naturels de carbone sur terre et il absorbe chaque année approximativement un tiers du dioxyde de carbone émis par les activités humaines.

Plus de 150 scientifiques de 26 pays ont appelé les décideurs à « agir rapidement » pour réduire les émissions de CO2 afin d’éviter que l’acidification des océans ne cause des dommages « étendus et graves » aux écosystèmes marins.

Ils ont lancé cet avertissement dans une « déclaration de Monaco », rendue publique le 30 janvier.

 

Déclaration de monaco ICI.

 

 

VIDEO SUR LE SUJET DISPONIBLE SUR CE LIEN.

 

 

 

Publicités