Hebergement gratuit d image et photo

 

 

 

triste destin,triste réalité!

en effet,nous sommes contaminés des la naissance.

une association significative a été trouvée entre la saison de présence élevée d’agrochimiques et des taux élévés de malformation à la naissance.(MDRGF 75011 paris)

40% des cancers viennent de l’assiette dit le Professeur Joyeux, cancérologue internationalement reconnu.
Manger BIO ne coûte pas plus cher si on s’organise en conséquence.
Fabriquer BIO c’est simplement retrouver le sens de la dignité et de l’éthique élémentaire.

Les résidus de pesticides constituent aujourd’hui un véritable problème . Depuis cinquante ans, ils s’accumulent dans les eaux des rivières et des nappes phréatiques, dans l’air et dans les eaux de pluie. On les consomme journellement dans les fruits, les légumes, les céréales et les produits d’origine animale (viande, poisson, lait et oeuf).

L’exposition aux pesticides se caractérise par une multiplicité des voies d’exposition, en effet ces substances peuvent pénétrer dans l’organisme par contact cutané, par ingestion et par inhalation.

Chez les agriculteurs, malgré une espérance de vie plutôt supérieure à la moyenne du fait d’une sous-mortalité par maladies cardiovasculaires et par cancer en général, il semblerait que la mortalité et l’incidence de certains types de cancers soient augmentées. Il s’agirait en général de cancers peu fréquents voire rares tels que les cancers des lèvres, des ovaires, du cerveau ou de la peau.

Un accroissement du risque de cancer chez les enfants exposés à des pesticides avant la naissance ou pendant l’enfance est souvent évoqué. L’exposition pourrait provenir du travail agricole des parents ou de contaminations domestiques de l’habitat ou de l’alimentation. L’exposition des enfants aux pesticides a été le plus souvent associée aux tumeurs cérébrales et aux leucémies.

L’exposition du fœtus à des pesticides à certaines périodes de la grossesse peut conduire à un avortement spontané, à des retards de croissance, des handicaps à la naissance …
L’exposition du fœtus à des perturbateurs endocriniens (comme certains pesticides) est même soupçonnée de modifier  le sexe de l’enfant à naître. En effet des chercheurs se sont aperçus que la proportion de bébés mâles, par rapport à l’ensemble des nouveaux-nés, était en train de décliner doucement depuis 20 ans dans de nombreux pays industrialisés ou en voie d’industrialisation.

Ces chercheurs ont révélé d’autres problèmes telles que des malformations du pénis et des testicules à la naissance, l’augmentation de la fréquence du cancer des testicules, le déclin de la quantité et de la qualité du sperme à ces mêmes causes environnementales. De nombreuses autres études épidémiologiques montrent que l’exposition professionnelle ou par l’environnement des familles aux pesticides peut amener des retards de croissance, des anomalies congénitales et même des fausses couches. Ainsi une étude réalisée par Santé Canada a montré que le risque de fausse couche et de prématurité était plus grand dans les familles dans lesquelles le père avait manipulé certains pesticides. Le risque de fausse couche était 1,9 fois supérieur si le père avait manipulé des thiocarbamates (2), du carbaryl et d’autres pesticides. Le risque d’accouchement prématuré était  de 1,7 à 2,4 fois plus élevé si le père avait manipulé des pesticides comme l’atrazine, le glyphosate (la fameuse molécule du Round-Up) ou des pesticides organophosphorés par exemple.

 

 

 

UNE SEULE ALTERNATIVE: MANGER ET CONSOMMER BIO!

hebergeur d'image

Publicités