hebergeur d'image

 

 

 

Les chercheurs ont examiné des données de 100 villes dans 33 nations.

Tandis que les villes à travers le monde ont été responsables  de 71 pour cent des émissions de gaz à effet de serre , les habitants urbains (qui peuvent utiliser des transports en commun plutôt que la voiture) ont aidé à faire baisser  les émissions dans quelques villes.

Par exemple, la ville américaine de Denver possédait des émissions  presque doubles à celles de New York,ou le métro est fortement utilisé.

Même à Denver ,( 21.5 tonnes d’équivalent de dioxyde de carbone), le taux était brusquement plus haut que Shanghai à 11.2 tCO2e, Paris (5.2) et Athènes (10.4).

Des villes chinoises ont été en dehors du reste du monde parce que leurs émissions moyennes étaient beaucoup plus hautes – par exemple avec Beijing émettant 10.1 tonnes d’équivalent de dioxyde de carbone – que le reste du pays émettant 3.4 tCO2e.

« Cela reflète la haute confiance(dépendance) aux combustibles fossiles pour la production d’électricité, une base industrielle significative dans beaucoup de villes et une relativement pauvre(faible) dans la population rurale, » a dit l’étude.

 

 

Observant les émissions de gaz à effet de serre par PIB(produit intérieur brut), les chercheurs ont constaté que « les citoyens de Tokyo sont 5.6 fois plus efficace que les Canadiens. »

Le port de Rotterdam dans les Pays-Bas a obtenu une particulièrement mauvaise note à cause de ses liaisons à l’expédition(la navigation) et l’industrie lourde.

« Rotterdam posséde par personne la valeur de 29.8 tCO2e contre 12.67 tCO2e pour les Pays-Bas reflètant ainsi le grand impact du port de la ville dans l’attraction de l’industrie, aussi bien que la consommation d’essence des bateaux, » confirmait l’étude.

 

D’autres tendances ont conclus que des villes dans des climats froids avaient des émissions plus hautes tandis que, pour des pauvres et moyens pays,  les émissions étaient inférieures par personne à celles des pays riches.

Quand les chercheurs ont regardé des villes en Asie, en Amérique Latine et en Afrique, ils ont trouvé des émissions basses par personne à tous les niveaux.

CEUX SONT LES PAYS RICHES QUI CAUSENT LE PLUS DE POLLUTIONS!!!

 

« La plupart des villes en Afrique, Asie et Amérique Latine ont des émissions basses par personne. Le défi pour elles est de garder ces émissions basses même si leur richesse grandit. »

Une analyse de trois voisinages à Toronto a constaté que les émissions les plus hautes sont venues de la banlieue, où les rues sont alignées avec les grandes maisons familiales seules, loin des centres commerciaux.

Les niveaux les plus bas d’émissions sont venus de secteurs avec des complexes d’appartements ou tout est à portée de mains.

 

 

 

 

 

 

Publicités