Deux études suggèrent pour la première fois un lien clair entre le réchauffement climatique et précipitations extrêmes.

 

Vous ne pouvez pas dire qu’une vague de chaleur  ou qu’une averse ou même une période de gel – ont été certainement causés par les émissions humaines de gaz à effet de serre.

Mais vous pouvez affirmer si ces événements sont conformes aux prévisions, ou que leur probabilité augmente ou diminue dans un monde en plein réchauffement climatique.

La météo est une science complexe.

Tous ces événements seront influencés dans une certaine mesure par les températures mondiales, mais il est impossible de dire avec certitude que l’un d’eux ne serait pas arrivé en l’absence du réchauffement de la planète par l’homme.

 

Mais au fil du temps, grace à l’accumulation de données , nous commençons à découvrir les tendances qui suggèrent que la hausse des températures permettent de prevenir ces phénomènes.

Une telle tendance est devenue plus claire.

Deux nouveaux documents  devraient nous faire comprendre que pour la première fois,il existe un lien clair entre le réchauffement climatique et les précipitations extrêmes.

 

Un document, par Seung-Ki Min et d’autres, montre que les concentrations accrues de gaz à effet de serre dans l’atmosphère ont provoqué une intensification des fortes pluies sur les quelque deux-tiers des stations météorologiques au sol dans l’hémisphère nord.

Les modèles climatiques semblent avoir sous-estimé la contribution du réchauffement climatique sur les précipitations extrêmes: c’est pire que ce que nous pensions…

 

Les autres documents, par Pardeep Pall et d’autres, montrent que l’homme avec le réchauffement climatique ont très probablement augmenté la probabilité de graves inondations en Angleterre et au Pays de Galles, et pourrait bien avoir été responsables des événements extrêmes en 2000.

Les chercheurs ont épluché des milliers de simulations de la météo à l’automne 2000 (en utilisant le temps d’inactivité sur les ordinateurs mis à disposition par un réseau de bénévoles ) avec et sans les hausses de températures causées par le réchauffement climatique imputé à l’homme.

Ils ont constaté que, dans 9 cas sur 10,le gaz à effet de serre  a augmenté les risques d’ inondations.

 

Rien de tout cela ne devrait nous etonner.

Comme Richard Allan souligne, le réchauffement de l’atmosphère est important.

Il y a même une formule qui permet de quantifier celle-ci: l’humidité de 6-7%  dans l’air augmente pour chaque degré de réchauffement.

Mais  les observations montrent également des changements dans la répartition des précipitations, l’humidité se concentre dans certaines parties du monde,le changement climatique est susceptible de produire des inondations et de plus en plus de sécheresses.

Nous ne pouvons toujours pas dire que tout événement météorologique donné est certainement causé par le réchauffement climatique d’origine humaine.

Mais nous pouvons dire, avec certitude, que le changement climatique rend les événements extrêmes plus susceptibles de se produire.

 

 


 

Publicités