Une équipe de chercheurs de la NASA a utilisé des données satellite de la NASA pour créer la carte la plus précise jamais réalisée sur la quantité et la localisation du carbone stocké dans les forêts tropicales de la Terre.

Les données sont censées fournir une base de données pour la surveillance du carbone  et servir comme une ressource utile pour la gestion des gaz à effet de serre(CO2).

 

La nouvelle carte, créée à partir de données recueillies au sol et dans l’espace, montre, pour la première fois, la distribution du carbone stocké dans les forêts à travers plus de 75 pays tropicaux.

La plupart de ce carbone est stocké dans les vastes forêts de l’Amérique latine.

« Il s’agit d’une carte de référence qui peut être utilisée comme une base de comparaison à l’avenir », a déclaré Sassan Saatchi du Laboratoire de la NASA Jet Propulsion à Pasadena, en Californie, qui a dirigé la recherche.

« La carte montre non seulement la quantité de carbone stockée dans la forêt, mais aussi une estimation prècise. »

 

CARTE VISIBLE ICI.

 

La déforestation et la dégradation des forêts sont responsables de 15 à 20% des émissions mondiales de carbone, et la plupart de ces émissions proviennent des régions tropicales.

Les forêts tropicales stockent de grandes quantités de carbone dans le bois et les racines de leurs arbres.

Lorsque les arbres sont coupés et se décomposent ou sont brûlés, le carbone est libéré dans l’atmosphère. 

Pour les mesures , les scientifiques utilisent généralement une technique au sol, ce qui donne une bonne estimation de la quantité de carbone qu’ils contiennent.

Mais cette technique est limitée parce que la structure de la forêt est extrêmement variable, et le nombre de sites au sol est très limité.

 

 

Pour en arriver à une carte carbone qui s’étend sur trois continents, l’équipe a utilisé des données du lidar Geoscience Laser Altimeter System sur le satellite de la NASA ICESat.

Les chercheurs ont examiné des informations( plus de 3 millions de mesures) sur la hauteur de la cime des arbres .

Avec l’aide de données au sol correspondantes, ils ont calculé la quantité de biomasse au-dessus du sol et donc, la quantité de carbone qu’il contient.

 

 

L’équipe a ensuite extrapolé ces données sur le paysage varié afin de produire une carte transparente, en utilisant l’imagerie de la NASA à partir du spectroradiomètre imageur à résolution moyenne (MODIS) à bord du satellite Terra de la NASA, le satellite diffusiomètre QuikScat et le Shuttle Radar de la  Mission Topographique.

La carte révèle que dans le début des années 2000, les forêts dans les 75 pays tropicaux étudiés contenaient 247 milliards de tonnes de carbone.

Environ 10 milliards de tonnes de carbone sont libérées chaque année dans l’atmosphère par la combustion de combustibles fossiles et les changements combinés d’utilisation des terres.

 

 

Les chercheurs ont constaté que les forêts en Amérique latine détiendraient 49% du carbone des forêts tropicales mondiales.

Par exemple, des stocks de carbone au Brésil représentent à eux seuls  61 milliards de tonnes, soit presque  l’ensemble des stocks de carbone en Afrique sub-saharienne( 62 milliards de tonnes).


 

 

« Ces modes de stockage du carbone, dont nous ne savions pas avant les causes, dépendent du climat, du sol, de la topographie et de l’histoire des perturbations d’origine humaine ou naturelle des forêts», a déclaré Saatchi.

« Les zones souvent affectées par la perturbation, humaine ou naturelle, ont des stockages de carbone plus faibles. »

 

Les taux de carbones sont importants pour les pays qui envisagent de participer à la réduction des émissions résultant du déboisement et de la dégradation  du programme (REDD +).

REDD + est un programme constituant un effort international visant à créer une valeur financière pour le carbone stocké dans les forêts.

Il offre des incitations pour les pays à préserver leurs terres forestières dans l’intérêt de réduire les émissions de carbone et à investir dans les voies des faibles émissions de carbone.

La carte offre également une meilleure indication de la santé et de la longévité des forêts,de leur contribution au cycle mondial du carbone et du fonctionnement global du système Terre.

La prochaine étape dans la recherche de Saatchi est de comparer la carte  carbone avec des observations par satellite de la déforestation pour identifier les emplacements des sources de dioxyde de carbone libérées dans l’atmosphère.