Le premier ferry fonctionnant au gaz naturel du Brésil -et d’Amérique latine, a été inauguré avec un voyage entre Salvador de Bahia (nord-est) et l’île voisine d’Itaparica.

Le ferry a fait la traversée de quelques 13 kms avec 610 passagers et plus de 70 véhicules en 30 minutes alors que les embarcations traditionnelles font la traversée en un heure, ont dit à l’AFP des responsables de Bahiagas, l’entreprise qui fournit le carburant.

Ce ferry baptisé « Yvete Sangalo », du nom d’une chanteuse de Bahia très en vogue, a été entièrement développé au Brésil et est équipé d’un système pionnier qui mélange 70% de gaz naturel à 30% de diesel.

Bahiagas et la compagnie pétrolière brésilienne Petrobras ont investi quelque 900.000 dollars dans le développement du projet.

« Ce système à gaz est une innovation de l’industrie navale brésilienne. Outre le fait de présenter des avantages écologiques et économiques, il sera une référence pour d’autres types de transports au Brésil et en Amérique latine », a déclaré Eduardo Barreto, directeur de Bahiagas.

Le mélange de gaz et de diesel permettra de « réduire significativement les émissions de gaz toxiques », a-t-il souligné.

Le projet du bateau a été signé par l’australien SeaTranporte solution et par le dessinateur Stuart Ballantyne. Le ferry a 53 m de long, une capacité de 610 passagers et 74 véhicules. Il a requis un investissement de 22 millions de dollars.

En Norvège également

La compagnie norvégienne Tide Sjø AS a commandé à Aker Yards Lorient trois ferries côtiers.

Capables de transporter, chacun, 600 passagers, les trois ferries seront dotés d’une propulsion au Gaz Naturel Liquide, une technologie respectueuse de l’environnement. Aker Yards possède déjà un long savoir-faire dans ce mode de propulsion, le groupe ayant récemment livré cinq ferries GNL-Diesel, qui opèrent sur la côte Ouest de la Norvège.

 

C’est maintenant au tour du projet PEGASIS de voir le jour.

 

Piloté par STX France dans le cadre de son programme de R&D ECORIZON et, le projet Ferry GNL PEGASIS a donc pour objectif de développer un nouveau concept de Ferry incluant de nombreuses innovations tant sur le plan de la propulsion que sur le plan de l’organisation à bord et de l’aménagement intérieur.

Réduction des coûts d’exploitation, nouveau mode de propulsion, amélioration des process d’embarquement-débarquement, optimisation des espaces de vie et des locaux techniques, tels sont les challenges que les partenaires de ce projet se sont donnés afin de rendre ce type de navire le plus compétitif possible.

 

En 2015, « les navires devront fonctionner avec du carburant à très faible teneur en soufre (0,1 % contre 1 % actuellement) » rappelle le quotidien la Tribune faisant allusion à la convention internationale Marpol.

« Le projet, dénommé Pegasis (« power efficient gas innovative ship »), est un concentré d’innovations environnementales, à commencer par la propulsion au gaz. (…) Le chantier naval de SaintNazaire compte franchir une nouvelle étape en proposant le premier ferry à propulsion 100% gaz. « Le GNL est moins polluant car il ne contient pas de soufre et très peu d’azote, explique Stéphane Klein, ingénieur chez STX Europe. Ce nouveau type de ferry émettra 15 % à 20 % de CO2 en moins, quasiment plus d’oxydes d’azote et pas d’oxydes de soufre. »

 

GENIAL NON?

Seuls bémols : l’Eoseas est 30 % plus cher à produire qu’un navire classique, et les armateurs s’effraient de ses dimensions hors normes (305 mètres de long pour 60 de large, cinq mâts, 12 400 mètres carrés de voiles).