Des scientifiques australiens du climat disent avoir reçu des menaces de mort, des courriels avec des insultes à caractères sexuelles,ce qui semble être une campagne coordonnée d’intimidation.

Les menaces viennent alors que le gouvernement tente d’intensifier la lutte contre le changement climatique en essayant de trouver un accord  très impopulaire sur le prix des émissions de carbone, ce qui,explique l’opposition politique,va coûter des emplois et augmenter les prix du carburant.

 

Anna-Maria Saoudite de la Fédération des Sociétés australiennes scientifiques et technologiques a affirmé qu’elle avait reçu une menace de mort  lundi dernier et que la police enquêtait.

« Je pense qu’il y a des motivations politiques, il peut s’agir de personnes qui ne sont pas d’accord sur le fait qu’il puisse y avoir un impot carbone. »

 

Les climatologues au niveau mondial ont été menacés dans les courriels et les blogs pendant plusieurs années.

D’autres  gens s’insurgent contre ce qu’ils perçoivent comme un empietement de leurs libertés.

Phénomène qui s’est intensifié en Australie au moment où le pays a été ravagé d’abord par la sécheresse, puis les feux de brousse et les inondations meurtrières qui ont tuées des dizaines de personnes et coûtées des milliards de dollars à l’économie .

 

Beaucoup d’Australiens sont en conflit au sujet du changement climatique, malgré l’augmentation des catastrophes.

Les différentes organisations spécialisées sur le climat intensifient leurs efforts afin de faire connaitre au mieux aux Australiens les impacts néfastes du réchauffement climatique.

 

Lundi, le CSIRO a officiellement lancé un site Web qui permet au public de voir les données brutes des mesures des gaz à effet de serre,voir ici.

Le site affiche les mesures de dioxyde de carbone, méthane et autres gaz à partir d’un emplacement distant en Tasmanie.

Les données montrent que les niveaux de dioxyde de carbone, principal gaz à effet de serre, ont augmenté de 40% depuis les années 1800 en raison des activités humaines et sont au plus haut niveau depuis plus d’un million d’années.

 

La Fédération des Sociétés australiennes scientifiques et technologiques a lancé une campagne pour exiger le respect des sciences.

En attendant, certains scientifiques ont déménagé leurs bureaux afin de sécuriser ou de limiter leurs relations publiques.

CELA DEVIENT VRAIMENT INQUIETANT MAIS PAS ETONNANT,LA PLACE DU RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE ET SES CONSEQUENCES EST ENCORE LOIN DANS LA PRIORITE DES PEUPLES…. POURTANT LE TEMPS EST COMPTE….. IL FAUT AGIR TRES VITE!!!