Une équipe comprenant des chercheurs de la North Carolina State University a trouvé une autre pièce du puzzle dans l’atmosphère entourant les effets des particules d’aérosols sur le changement climatique.

 

 

Leurs conclusions contribueront à mesurer plus précisément l’impact humain sur le climat et à déterminer la quantité de pollution  réelle causé par le changement climatique.

Dr. Markus Petters, un professeur assistant, de la terre et des sciences atmosphériques, s’est rendu à la forêt amazonienne dans une région reculée du Brésil dans le cadre d’une étude pour connaitre le comportement d’ une forêt tropicale  en l’absence de toute origine anthropique ou humaine.

 

 

Les particules d’aérosols agissent comme des moteurs pour la formation des nuages ​​et la condensation de l’eau qui en résulte.

Des cristaux de glace se forment à l’intérieur du nuage, ce qui déclenchent des précipitations.

Dans les zones peuplées par les humains, la pollution constitue une source supplémentaire à ces particules.

Dans une zone vierge comme l’Amazonie, où la pollution n’est pas un facteur, les chercheurs ont constaté que la forêt tropicale elle-même agit comme un réacteur biogéochimique, produisant le «carburant» à partir de molécules organiques émises par les arbres, ainsi que d’autres matières biologiques telles que les débris végétaux, les bactéries et les pollens.

 

Les arbres essentiellement dégagent des molécules organiques qui réagissent avec les composés dans l’atmosphère, produisant de minuscules particules qui ont une taille  de 20 à 200 nanomètres , affirme Petters.

« Ces semences sont les particules des nuages. En outre, d’autres particules biologiques forment les noyaux de glace pour les nuages. »

 

«Nous devons observer les zones sans influence anthropique et voir le taux d’aérosol», dit Petters.

« L’Amazonie est unique car elle constitue un bon endroit pour observer les interactions dans l’atmosphère, sans influence humaine. Si nous comprenons celles-ci, nous pouvons réaliser des simulations qui montrent comment les émissions humaines d’aérosols  modulent le changement climatique. »

 

 

 

UNE RAISON DE PLUS POUR SAUVEGARDER LES FORETS AMAZONIENNES!!!!

 

 


Les scientifiques étaient particulièrement intéressés par le comportement des particules d’aérosols atmosphériques, qui jouent un rôle important dans notre système climatique en raison de leur capacité à modifier la formation de nuages ​​et leurs facultés à modifier ou à supprimer les précipitations.