Il existe une maladie qui touche plus de 3 millions de personnes en France, une maladie qui peut vous empêcher de parler, de rire, de manger, de travailler, de dormir ou de vous lever le matin, une maladie qui peut vous empêcher de vivre, cette maladie, c’est la dépression.

 

Une exposition à long terme à la pollution de l’air peut endommager le cerveau et causer une dépression , outre le déclenchement des problèmes d’apprentissage et de mémoire.

Les tests sur des souris (pas top je sais…)ont montré que, dans le long terme, l’air pollué peut provoquer de réels changements physiques au niveau du cerveau ce qui entraîne evidemment des effets négatifs.

 

Alors que d’autres études ont examiné l’impact de la pollution de l’air sur le cœur et les poumons, c’est l’une des premières à étudier l’effet sur le cerveau, affirme l’étudiant en doctorat Laura Fonken de l’Ohio State University.

« Les résultats suggèrent que l’exposition prolongée à l’air pollué peut avoir des effets négatifs visibles sur le cerveau qui peut conduire à une panoplie de problèmes de santé » notent les rapports de la revue Molecular Psychiatry.

 

« Cela pourrait avoir des implications importantes et inquiétantes pour les gens qui vivent et travaillent dans les zones urbaines polluées du monde entier », a ajouté Fonken.

Fonken et ses collègues de l’Ohio State ont exposé des souris à l’air pur ou à l’air pollué six heures par jour, cinq jours par semaine sur une  durée de 10 mois.

 

Après 10 mois d’exposition, des tests de comportement ont été effectués sur les rongeurs, y compris un apprentissage et  des tests de mémoire.

Après cinq jours , ils ont été placés dans un endroit bien éclairé et ils ont eu  deux minutes pour trouver l’endroit le plus sombre où ils seraient le plus à l’aise.

 

La souris qui respire l’air pollué a pris le plus de temps pour savoir où l’orifice d’évacuation se trouvait et leurs memoires à retrouver celui ci n’étaient plus au top quelques temps plus tard.

Dans une autre expérience, les souris exposées à l’air pollué ont montré des signes de dépression plus sévères.

Publicités